L’art de construire des bateaux

La croisière est l’une des meilleures expériences. Et il y a un bateau pour à peu près n’importe quelle expérience qui vous conviendra. Voici un article rapide sur les motomarines. Les yachts de croisière antérieurs ont mis en œuvre les contours d’embarcations navales telles que les brigantins, les goélettes et les cotres du 17ème siècle jusqu’à la seconde moitié du 19ème siècle. La conception des grands yachts a d’abord été grandement affectée par la prospérité de l’Amérique, qui a été conçue par George Steers pour n’importe quel syndicat dirigé par John C. Stevens et était le bateau dans lequel l’America’s Cup a été nommé juste après sa victoire à Cowes en 1851. Les premiers yachts n’ont pas été conçus et construits dans le sens actuel, juste un design utilisé. Ce n’est qu’au IIe que 50 % du 19e siècle ont réalisé ce que l’on appelait l’architecture navale. Ce n’est que dans les années 1920 que l’application de la recherche scientifique de l’aérodynamique a fait pour la conception des voiles et du gréement ce que la recherche scientifique avait déjà accompli pour les coques. Parce que presque tous les voiliers avaient été construits individuellement sur mesure, il est devenu nécessaire d’avoir des bateaux handicapés avant la construction d’une motomarine à conception unique. Ainsi, un principe de notation est né, qui a conduit au Principe Mondial, mis en œuvre en 1906 et modifié en 1919. Aujourd’hui, parmi les sites qui connaissent la plus forte expansion dans le domaine de la voile, se trouve celui des bateaux de classe monotype. Toutes les embarcations à l’intérieur d’un parcours à un style sont conçues selon les mêmes spécifications en termes de longueur, de rayon, de zone de croisière et d’autres composants. La course entre ce type d’embarcation pourrait être maintenue sur une base uniforme sans handicap nécessaire. Un exemple important est sans aucun doute la classe mondiale de tasses de l’Amérique adoptée pour les participants au concours de tasses de l’Amérique de 1992. Tant que la plaisance appartenait principalement aux royaux ainsi qu’aux riches, le coût n’était pas un problème et les dimensions des bateaux augmentaient, à la fois en longueur et en poids. La promotion et la popularité de l’art de plus petite taille sont arrivées dans la seconde moitié du 19ème siècle à partir de votre navigation des Anglais R.T. McMullen, agent de change, et E.F. Knight, avocat et journaliste. Un voyage autour du monde (1895-1898) effectué en solitaire par le capitaine naturalisé américain Joshua Slocum dans le Spray de 11,3 mètres a démontré la navigabilité des petites embarcations. Par la suite, au cours du XXe siècle, notamment après la Seconde Guerre mondiale, les embarcations de course et de plaisance de plus petite taille sont devenues plus courantes, jusqu’au canot, un bateau de pêche préféré, de 3,7 mètres. À la fin du 20e siècle, des bateaux de moins de 3 mètres naviguaient seuls à travers la mer Atlantique. Un grand architecte naval et développeur de livraison doit avoir une expérience dans un certain nombre de domaines technologiques, ainsi que dans le domaine de l’économie d’entreprise en ingénierie. Le concepteur doit également comprendre les caractéristiques et les propriétés des composants de construction et connaître les moyens les plus récents et les plus efficaces de fabriquer des pièces et de les assembler. Comme d’autres branches de la technologie, l’architecture navale implique des estimations et des prévisions des performances finales du navire et de tous ses composants, ainsi que des dépenses initiales et de fonctionnement. Ce type de calculs doit être effectué pendant que la livraison continue d’être au stade papier au moyen de plans et devis. Les spécifications détaillées pour une livraison donnée sont créées en fonction de son objectif. Combien de fret et combien de voyageurs cela pourrait-il contenir ? Quelles sont les exigences pour l’équipage du navire? Quelle sera sa vitesse optimale ou subie, et dans quelles conditions exactement ? Quel doit être son rayon de navigation, en termes de jours en plus de distance ? Pour tout remorqueur, Tematis le tirage ou la vitesse de déplacement libre doit être mentionné. Pour avoir un brise-glace, la capacité à se frayer un chemin à travers des glaçons de la densité spécifique doit être démontrée. Pour un navire de guerre, l’armement doit être fourni, ainsi que les exigences de poids et de volume pour les équipements électroniques.

Conférence de Jakarta

Un moment pour construire une équipe

Que vous repreniez une équipe existante, que vous en lanciez une nouvelle ou que vous dirigiez un groupe depuis un certain temps, il n’est pas facile d’amener les gens à travailler ensemble pour obtenir d’excellents résultats. Chaque équipe est différente, et chacune pose un ensemble distinct de chal- lenges. Peut-être venez-vous d’être chargé de présider un groupe de travail composé de personnes issues de différentes unités pour lancer une initiative à l’échelle de l’entreprise. Vous gérez peut-être cinq personnes qui doivent travailler ensemble quotidiennement dans le cadre d’opérations courantes. Ou peut-être vous êtes-vous débattu à la tête d’une équipe tellement embourbée dans les conflits que ses membres ne pourraient se mettre d’accord sur rien si leur vie en dépendait. Quel que soit le type d’équipe que vous dirigez, vous êtes probablement confronté à des délais serrés et à des attentes élevées, et vous ressentez la pression d’élaborer des plans de projet, de répartir les tâches et, surtout, d’exécuter. C’est tout à fait naturel. Nous créons des équipes pour accomplir un travail, après tout, et nous avons donc tendance à nous concentrer principalement sur les tâches. Mais ce n’est qu’un aspect de l’équation ; nous devons également nous concentrer sur les personnes qui exécuteront ces tâches. Si les membres de votre équipe n’ont pas de bonnes relations les uns avec les autres, votre équipe ne fera pas du bon travail. Les gens se chamailleront. Ils ne se feront pas confiance. Ils se sentiront sous-estimés et se plaindront que les autres n’assument pas leur part du travail. Ils cesseront de collaborer. Les esprits s’échaufferont et la productivité s’arrêtera. Il faut du temps et de l’énergie pour éviter ce genre de complications et faire en sorte que les membres de l’équipe travaillent bien ensemble. Vous devez expliquer clairement les tâches, coordonner les efforts, motiver les gens, résoudre les conflits, donner du feedback et développer les compétences. En bref, vous devez gérer les personnes avec autant de discipline que vous gérez le travail. Avant de déployer tous ces efforts, demandez-vous si vous avez besoin d’une équipe pour accomplir le travail à accomplir. Nous avons tous fait partie d’équipes constituées pour de mauvaises raisons – pour entériner une décision déjà prise, par exemple, ou pour répartir les risques et les reproches au cas où un projet échouerait. Pour vous assurer que votre équipe a une raison d’être solide, effectuez une analyse coûts/avantages directe : Cela vous aidera-t-il à atteindre vos objectifs et à améliorer vos résultats ? Ou pouvez-vous faire le travail tout aussi bien vous-même, avec plus d’efficacité et moins de maux de tête ? Si vous décidez que l’investissement en vaut la peine, vous voudrez créer une équipe gagnante, bien sûr, voyage entreprise Jakarta et non pas une équipe qui s’effondre ou qui se traîne indéfiniment. Ce livre vous y aidera. Une direction d’équipe efficace se déroule en trois étapes : la construction, la gestion et la fermeture. Tout comme une maison, une équipe solide a besoin d’une base solide. Mais au lieu de pierres ou de ciment, vos matériaux seront des discussions préliminaires sur les objectifs, les rôles, les règles de conduite et les mesures que vous utiliserez pour évaluer les progrès. Une fois que vous avez recruté des personnes possédant les compétences et les points de vue requis, le groupe doit se mettre explicitement d’accord sur ce qu’il essaie d’atteindre, sur la manière dont il y parviendra et sur la forme que prendra le succès. C’est ainsi que fonctionne réellement le team building. Il ne s’agit pas de cours de cordes ou de voyages en eau vive, mais de concilier les tempéraments et les styles de travail individuels afin de tirer le meilleur parti de chaque collaborateur et de l’équipe dans son ensemble. Vous pensez peut-être : « Qui a le temps pour toutes ces conversations ? Nous avons un travail à faire, et nous sommes déjà pressés de le faire ». Mais si vous vous mettez d’accord à l’avance sur la façon dont vous ferez ce travail, il se déroulera plus rapidement et plus facilement. Vous aurez moins de conflits à gérer, de décisions à revoir et de tâches à refaire. Si vous avez déjà dirigé un projet, vous savez ce qu’il faut faire pour gérer les tâches : Vous reconnaissez qu’elles sont bien faites et dans les temps. Et lorsque quelque chose n’est pas à la hauteur, vous stipulez des changements pour remettre le projet sur la bonne voie. Tout au long du projet, vous vous efforcez d’apporter des améliorations continues. Les mêmes principes s’appliquent à la direction d’une équipe. Lorsque les membres de l’équipe font preuve d’un comportement utile, par exemple en prévenant les autres avant le dépassement d’un délai, faites-le remarquer. Cela les motive à continuer et rappelle aux autres ce qu’ils doivent faire pour soutenir les objectifs de l’équipe. Il est tout aussi important de tuer dans l’œuf les comportements négatifs : un membre de l’équipe cesse de participer aux réunions, par exemple, ou attaque verbalement ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. De la même manière que vous surveillez et adaptez les tâches pour suivre le plan d’un projet, gardez un œil attentif sur la façon dont les gens se comportent par rapport aux objectifs, aux rôles et aux règles sur lesquels vous vous êtes mis d’accord, et parlez ouvertement des problèmes dès qu’ils apparaissent. Cela semble simple, mais la plupart des chefs d’équipe ne le font pas. Au lieu de cela, ils laissent les problèmes en suspens jusqu’à ce que quelqu’un explose de frustration ou que tout le monde se déconnecte mentalement, ce qui paralyse le travail. Disons que vous êtes presque prêt à remettre votre prototype à l’ingénierie, par exemple, ou à présenter des recommandations au conseil d’administration. Vous devriez être ravi, non ? L’équipe est si près d’atteindre ses objectifs. Mais vous avez remarqué que les gens ne participent pas aux réunions ou consacrent du temps à d’autres tâches. Que se passe-t-il ? Lorsque la ligne d’arrivée est en vue, les membres de l’équipe perdent souvent leur concentration, leur dynamisme et leur patience.

Quel futur pour une Europe politique

La façon dont l’UE répondra à l’administration Trump serait la marque des méthodes qu’elle considère comme sa part dans le monde et à quel point elle réussira à promouvoir sa vision du monde. La collaboration entre les États-Unis et l’Europe est un point d’ancrage de l’achat économique, politique et de protection du monde depuis plus de sept ans, mais nous ne devons pas la prendre pour acquise. La connexion transatlantique est confrontée à de nombreux risques. Néanmoins, les enjeux qui rapprochent les deux parties ont finalement un bien meilleur poids que ceux qui pourraient les séparer. Les États-Unis comme l’UE ont des perceptions et des passions particulièrement diverses, dont le menu exige une diplomatie nuancée. Bien que les deux parties apportent des suggestions et des expériences différentes au bureau, plusieurs domaines de collaboration réelle et possible pourraient être reconnus. L’achat mondial dépendant des règles bénéficie à la fois aux États-Unis et à l’UE, et il nécessite rapidement leur aide collaborative. Les États-Unis et l’UE restent les leaders de l’économie mondiale. La façon dont ils abordent les problèmes de commerce international et d’achat a un impact non seulement sur leur propre lien financier, mais aussi sur l’économie mondiale. Le mélange de l’administration Trump d’un message plus protectionniste, d’une volonté de s’éloigner de la position de l’administration précédente sur les négociations multilatérales, ainsi que d’une approche difficile du recouvrement des différends industriels crée davantage de doutes que l’avenir du climat économique transatlantique. Cependant, il existe des possibilités de coopération transatlantique dans des domaines tels que les solutions, le climat économique numérique et la gestion collective des méthodes industrielles injustes d’autres pays. Les États-Unis et l’UE ont des méthodes différentes en matière de confidentialité, de protection des données et de technologie. Alors que les États-Unis privilégient une stratégie plus sectorielle qui repose sur une combinaison de lois, de réglementations et de réglementations personnelles, l’UE a tendance à dépendre davantage de la législation. Cela complique la relation. Néanmoins, les deux parties discutent de l’objectif de permettre la circulation des informations entre les pays européens et les États-Unis tout en garantissant un degré élevé de protection de la vie privée et des données privées de ses citoyens. Une tâche clé pour les fonctionnaires de l’UE est de toujours tenir leurs homologues américains informés de la mise en œuvre du nouveau règlement général sur la sécurité des données. Les États-Unis et l’Europe sont confrontés à la plupart des mêmes difficultés dans la lutte contre le terrorisme et d’autres crimes importants. L’administration Trump a clairement indiqué son intention de faire quelque chose de plus énergique dans ce domaine. Alors que la collaboration UE-États-Unis en matière d’application de la loi et de lutte contre le terrorisme est un élément fructueux des relations transatlantiques depuis des années, les nouvelles capacités de l’UE en font un compagnon beaucoup plus précieux pour l’application de la loi et la lutte contre le terrorisme pour vos États-Unis que par le passé. La direction de Trump s’est concentrée au niveau politique sur la promotion d’une augmentation des dépenses européennes de protection, ainsi que sur le renforcement du rôle de l’OTAN dans les efforts de lutte contre le terrorisme. Bien que le président Donald Trump ait abandonné la position selon laquelle l’OTAN est obsolète, il reste des recommandations selon lesquelles les États-Unis pourraient modérer leur engagement à défendre les partenaires de l’OTAN plus tard s’ils n’assument pas une discussion plus large sur le fardeau financier. Il n’est pas étonnant que les pionniers européens veuillent à la fois améliorer leurs contributions à la protection de l’OTAN et renforcer les capacités de protection occidentales. En se concentrant principalement sur le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale, la politique commune de protection et de défense de l’UE correspond et soutient le mandat de l’OTAN en matière de sécurité européenne et transatlantique. La coordination du plan international UE-États-Unis sur les pays tiers et les situations régionales est un élément essentiel des efforts transatlantiques pour former l’atmosphère gouvernementale mondiale. La coordination des politiques de sanctions des États-Unis et de l’UE envers des pays tiers tels que l’Iran, la Russie, la Syrie, la Corée du Nord et, récemment, le Venezuela a joué un rôle croissant dans la politique internationale UE-États-Unis. Cependant, il existe des zones de divergences possibles, notamment autour de l’Iran et de son offre nucléaire, qui pourraient conduire à des désaccords majeurs entre l’UE et les États-Unis.

Découvrir Bursa

Vous venez d’atterrir au tout nouveau terminal de l’aéroport d’Istanbul. Vous partez pour Bursa, non loin de l’eau de Marmara, villes du monde un trajet d’environ deux heures et demie par rue. Vous êtes accueilli depuis le minaret sculpté de la populaire mosquée respectueuse de l’environnement. À la disposition des hôtes, il présente de séduisantes faïences turquoise à l’intérieur, réputées dans le monde entier. Ce premier monument donne une touche aux autres trésors structurels de cette ancienne capitale de l’Empire ottoman. Un autre trésor est l’industrie de la soie Koza Han. Centre tactique à l’époque de la Route de la Soie, vous pouvez néanmoins acheter ici des tissus de qualité supérieure, commercialisés sous les arcades en pierre naturelle bordant une petite cour reposante. Protégé dans ce havre particulièrement imposant, vous vous réchauffez avec une elma çay, une tisane noire à la pomme commune de la région. Même au cœur de la ville, les vues verdoyantes et couvertes de neige révèlent la merveilleuse beauté naturelle des collines environnantes. « Bursa the Eco-friendly » a définitivement son surnom. Désireux de découvrir les environs de Bursa, vous choisissez d’aller autant que la station de snowboard de Bursa Uludag, connue comme juste après la montagne qui apparaît sur le site. Cet ancien volcan est bien connu dans la mythologie comme étant la colline où les dieux ont observé la guerre de Troie. Il a donné naissance à l’une des plus hautes montagnes de la volaille. Ainsi, à une trentaine de kilomètres au sud de Bursa, vous vous découvrez en bordure d’un domaine skiable de 28 km de pistes avec une altitude comprise entre 1767 et 2322 m. Les deux principaux choix s’offrent à vous. Dans le cas où vous auriez décidé de rester à Bursa, vous pouvez envisager le téléphérique ultra-moderne qui vous emporte autant que la gare de Kurbaga Kaya, point de départ de vos travaux, dans une vingtaine de minutes environ. Les téléphériques circulent continuellement sur une boucle de 9h00 à 19h00, pour atteindre le sommet de manière simple et efficace. Chacun dans le sens de la montée et de la descente, la scène sur les jungles de pins et les sommets enneigés depuis les fenêtres de la maison du sol au plafond de la cabine va prendre votre air de côté. Neuf kilomètres d’émerveillement absolu en font également la plus longue ligne de téléphérique solitaire au monde. Néanmoins, si vous préférez rester encore plus près de l’étendue fantastique des sommets des montagnes, choisissez un hôtel en plein cœur de la station de vacances. Après une journée fantastique à l’extérieur, visitez le motel Karinna, situé à proximité des pistes. Profitez du confort qu’elle doit offrir, en particulier de la piscine intérieure: idéale pour se détendre après une journée intense d’activités sportives de la saison d’hiver. N’oubliez pas la baignoire turque: sa chaleur humide est bonne pour calmer toute tension musculaire après vos exploits acrobatiques! Les enfants passeront un bon moment dans leur propre abonnement pour enfants. Ainsi, parce que la mi-journée se retire, la détente et le plaisir ont été au rendez-vous, dans un cadre spectaculaire. Si la couverture de neige disparaît au printemps, elle offre une méthode à un aménagement paysager respectueux de l’environnement qui peut être tout aussi attrayant. Avant de se décider, c’est la zone de loisirs nationale d’Uludag avec ses prairies fleuries, ses étangs d’eau réelle et ses sentiers maintenant disponibles à pied ou perchés au-dessus d’une motoneige. La colline peut être examinée sur des augmentations fantastiques que vous pouvez faire, découvrir ses trésors naturels. Au moment de l’année, vous pourriez apercevoir des oiseaux de proie sauvages dans les cieux, faisant le tour des thermiques et offrant le sentiment d’être les gardiens de l’endroit. Les 46 variétés de papillons documentées, comme l’Apollo, une variété endémique, sont beaucoup plus discrètes mais tout aussi belles. En ce qui concerne la flore, le parc de votre voiture ne compte pas moins de 104 types de plantes, dont 32 caractéristiques d’Uludag. Le téléphérique, fonctionnant toute l’année, vous permet de connaître et de choisir le point de départ qui vous plaira pour le jogging. En fin de compte, après ces moments merveilleux au grand air, offrez-vous une parenthèse apaisante dans l’un des bains énergétiques de Bursa. La ville est en fait connue pour les vertus de leurs mers douillettes et riches en nutriments. Sans plus tarder, glissez-vous dans les bains Eski Kaplica. Construits à partir des Romains, ils ont été utilisés depuis l’époque, et vous jouerez certainement votre rôle dans la poursuite de cette coutume.

Une leçon d’histoire

La majeure partie du débat international sur la politique syrienne se concentre sur la façon de retirer le président Bashar al-Assad du pouvoir.
Les options pour les États de l’OTAN et les principaux partenaires de la Ligue arabe incluent tout, de l’aide de la Russie dans une approche diplomatique, avec une conférence maintenant prévue pour début juin, à l’armement des rebelles et peut-être même à les soutenir avec des quantités limitées de puissance aérienne. La suppression d’Assad ne mettrait pas plus fin au conflit syrien que le renversement de Saddam Hussein en 2003 n’a apporté la stabilité à l’Irak. Les États-Unis doivent créer une stratégie globale plus intégrée.
Non seulement l’exemple de l’Irak, mais des études universitaires plus larges sur le déclenchement et la récurrence de la guerre civile suggèrent que si la maison d’Assad tombait, la probabilité d’effusion de sang continue en Syrie resterait inconfortablement élevée.
Des études indiquent que plus d’un tiers de tous les conflits civils ont une forme de rechute après leur fin. Bien qu’il y ait beaucoup de désaccord sur les causes particulières du renouveau de la guerre, certains facteurs sont largement reconnus comme pertinents. Beaucoup sont présents dans le contexte syrien actuel.
Premièrement, le coût humain du conflit syrien est déjà élevé. À ce jour, environ 80 000 décès sont attribués à la guerre. Contrairement à la lassitude de la guerre «l’adage selon lequel des conflits plus longs et plus sanglants sont éventuellement des précurseurs de la paix, la violence a tendance à engendrer plus de violence. Plus un conflit est intense, plus il risque de rallumer sur la route, selon une multitude de publications sur le sujet.
Cela plaide contre la probabilité que, même si Assad tombe ou fuit, les partisans restants feront rapidement la paix entre eux.
Deuxièmement, les prétendues guerres existentielles sont difficiles à arrêter. Les combats pour le changement de régime et le contrôle de l’État peuvent rapidement évoluer en concours tout ou rien. Même si différents groupes s’engagent à travailler ensemble et à partager le pouvoir une fois qu’un ancien régime est déplacé, il leur est difficile de se faire confiance, compte tenu des enjeux élevés pour lesquels ils se battent. Contester la légitimité du gouvernement peut également réduire toute possibilité potentielle de négociation et de compromis futurs.
Troisièmement, la faiblesse des institutions politiques n’augure rien de bon pour les chances de stabilité d’un pays au lendemain d’une guerre civile. Le gouvernement syrien, construit autour du parti Baas et de la famille Assad, n’a pas beaucoup de profondeur institutionnelle. Alors que l’effet des structures politiques sur la récurrence de la guerre est débattu, il existe un certain consensus sur le fait que seules des démocraties plus consolidées peuvent éviter une reprise du conflit. La participation politique réduit souvent la probabilité que des citoyens mécontents prennent les armes une fois les guerres terminées. L’autocratie est donc généralement plus associée à la fois au déclenchement et à la récurrence de la guerre civile.
Enfin, lorsque les coalitions en temps de guerre sont précaires et fractionnées, les chances de récurrence des conflits augmentent considérablement. Cela est particulièrement vrai en Syrie, avec ses dizaines sinon des centaines de groupes d’insurgés.
Ces facteurs indiquent que soutenir le renversement du régime syrien, peut-être en armant directement les rebelles, peut inviter un conflit sectaire à s’étendre, et non à se calmer. Comprendre ces facteurs de complication est essentiel pour construire toutes les chances de paix.
Alors où aller d’ici? Il existe un certain nombre d’options au-delà de l’indicible de plus en plus – se tenir à l’écart pendant que les forces d’Assad tentent de gagner la guerre, ou du moins de reprendre la majeure partie du pays.
Une option consiste à reconnaître tout ce qui précède, à accepter la logique brutale de la guerre civile et à décider de ne pas faire grand-chose. Cela pourrait signifier reléguer la Syrie pour devenir la prochaine Somalie, si et quand Assad tombe.
Au fil du temps, le grand nombre de groupes d’insurgés opérant actuellement en Syrie pourrait fusionner en un nombre plus modeste. Mais la guerre pourrait ressembler au combat prolongé des milices observé jusqu’à récemment en Somalie – ou dans l’Afghanistan des années 90. Au-delà de ses implications humanitaires désastreuses, cette approche permettrait également de développer un sanctuaire pour les terroristes au cœur du Levant et aux frontières de cinq pays désormais cruciaux pour les États-Unis – Israël, Liban, Turquie, Jordanie et Irak.
Une deuxième option consiste à aller de l’avant avec une force multinationale d’invasion terrestre, capable d’imposer une consolidation à l’opposition et un ordre au pays. Mais comme nous l’avons appris en Irak, cela est plus facile à dire qu’à faire – et impliquera probablement plus de 100 000 soldats étrangers, faisant des pertes à un taux probable de dizaines par mois pendant plusieurs années. C’est un nonstarter.
La stratégie la plus souple est donc une forme de règlement politique suivie du déploiement d’une force internationale plus petite (mais importante) pour aider à surveiller l’accord et à cimenter la paix. Cela pourrait impliquer une formule simple de partage du pouvoir avec un gouvernement central fort, ainsi qu’une garantie de passage sûr du pays pour Assad.

Étant donné le degré d’animosité sectaire et de méfiance qui règne actuellement en Syrie, cet accord de paix pourrait devoir ressembler au modèle de la Bosnie, avec un gouvernement central relativement faible et des régions autonomes. Chaque région serait dirigée principalement par un groupe confessionnel ou un autre, mais avec une forte protection des droits des minorités. Les grandes villes multiethniques du centre du pays devraient de toute façon rester multiethniques.
Accepter un certain nombre de bottes étrangères sur le terrain demandera beaucoup à la communauté internationale. Pourtant, il n’y a probablement pas d’autre moyen de le faire étant donné la situation actuelle de la Syrie et ce que nous savons des guerres civiles.
L’alternative, sinon une guerre régionalisée, est un type de justice victorieuse suivie d’une possibilité distincte de reprise du conflit.
Bien exécutée, l’approche multinationale ne devrait pas nécessiter plus de 10 000 à 20 000 Américains, comme peut-être 20 à 30% d’une force totale commençant dans une fourchette de 50 000 environ. Il devrait bénéficier d’importantes contributions de la Turquie, des États de la Ligue arabe, de l’OTAN Europe et peut-être de la Russie également.
Pour parvenir à ce type d’accord, il faudra peut-être à court terme davantage d’aide militaire à l’opposition. Mais la réticence du président Barack Obama à fournir des armes ou un soutien aérien est compréhensible en l’absence d’une stratégie qui considère la question de ce qui vient après la chute d’Assad.
Nous devons façonner cette stratégie. Planifier une conférence, aussi raisonnable soit-elle, et espérer le meilleur ne suffit pas.

Comme New York mélange les immigrés

Les nouveaux immigrants new-yorkais ont des difficultés dans un climat économique qui est sensiblement inégal, ce qui incite l’expertise et les écoles mentionnées précédemment. Pour les immigrants d’Amérique latine ainsi que des Caraïbes, dont le niveau d’éducation et d’apprentissage est considérablement inférieur à la normale, cela peut conduire à des niveaux de flux de trésorerie et des prix de la pauvreté comparativement plus bas. La table du dîner 1 montre les signes de base du statut socio-économique d’une variété de populations new-yorkaises. Les informations proviennent du recensement américain de la population humaine de 2000. Comme on peut le voir, le flux de trésorerie annuel de chaque individu dans la maison régulière de New York était de 24 010 $. Cependant, pour les migrants dominicains, la plus importante équipe d’immigrants de la ville, le revenu moyen par habitant de 10 417 $ n’était même pas la moitié de la normale à la métropole et moins d’un seul à côté du revenu chaque habitant de votre population blanche. Les coûts de la pauvreté parmi les immigrants sont également généralement plus élevés que sur la liste de l’ensemble des habitants de la ville. Par exemple, sur la base du recensement de 2000, environ 30% des immigrants dominicains et mexicains de la Grande Pomme ont perçu des revenus sous la collecte de la pauvreté, mieux par rapport au niveau de pauvreté de la ville d’environ 20%. La lutte des immigrés à l’intérieur et à proximité de la ville de Ny est poignamment montrée par le blogueur dominicain Junot Diaz dans son unique Drown (1996). Le tableau de cuisine 1 implique que la situation socioéconomique réduite des derniers immigrants de York n’est pas vraiment associée à un chômage élevé. Les taux de chômage parmi les immigrants ne seront pas si différents de ceux des autres New-Yorkais. Mais les revenus sont beaucoup plus faibles, un résultat final lié en partie à la baisse des résultats scolaires. Comme le montre le tableau 1 de Kitchen, le nombre d’immigrants âgés de 20 à 5 ans ou plus qui n’avaient pas fait d’études universitaires supérieures en 2000 était beaucoup plus élevé que dans la population de la ville; pour les Dominicains, il était de 56%, soit plus de deux fois la norme dans toute la ville. Certains immigrants récents seront également des travailleurs sans papiers et connaîtront des problèmes socio-économiques encore plus graves. Les estimations pour 2005 suggèrent qu’environ 10 millions de sans-papiers peuvent résider aux États-Unis, dont un demi-million dans la région de New York. Les initiatives actuelles en matière de politique d’immigration ont généré des YouS beaucoup plus strictes. les initiatives d’application de la loi sur l’immigration, en particulier après les grèves du 11 septembre 2001 dans le monde entier. Pour cette raison, de nombreux employés sans papiers – qu’ils proviennent de fournisseurs chinois, du Mexique ou de l’Équateur – subissent davantage de pressions sous terre, craignant d’être expulsés après de nombreuses années de propriété en Amérique. L’admission en Amérique de nombreux pays créateurs s’est révélée beaucoup plus difficile à la fois pour les immigrants enregistrés et sans papiers. Bien que les luttes sociales et financières des nouveaux immigrants ne soient pas nouvelles. Les immigrants non qualifiés se sont historiquement battus au sein du système économique de la Big Apple. Même les experts de la société qui ont proposé l’hypothèse du récipient de fusion ont observé que l’assimilation des immigrants avait pris plusieurs années et que, par conséquent, les immigrants eux-mêmes continuaient souvent à être enfermés dans des enclaves raciales avec une intégration linguistique, politique et économique limitée dans la culture des États-Unis, peu importe s’il s’agissait d’un Kleindeutschland ou peut-être un quartier. Certains trouvent que les États-Unis, en particulier la ville des États-Unis, n’avaient pas été et ne seront peut-être jamais jamais culturellement homogènes. Par exemple, Nathan Glazer et Daniel Patrick Moynihan ont déterminé dans Beyond the Melting Pot (1963) que, dans la ville de Ny, la diversité sociale et l’identité personnelle raciale se maintiennent même pendant de nombreuses années, un résumé récemment discuté par les sociologues Victor Nee et Richard Alba. Parallèlement, certains groupes d’immigrants ont traditionnellement été capables de passer du statut de minorité raciale et culturelle marginalisée à celui d’être considéré comme faisant partie de la majorité blanche et brillante du pays, et d’autres non. Les chercheurs en sciences sociales, par exemple Milton M. Gordon et John Ogbu, ont affirmé que la discrimination et l’exclusion sociale peuvent éventuellement bloquer ou bloquer définitivement tout processus d’assimilation des groupes d’immigrants stigmatisés. La «racialisation» de ces immigrants ne doit pas, cependant, se combiner à des lignes raciales de base blanc foncé-brillant. Comme les sociologues Jennifer Hochschild, Clara Rodriguez et Mary Oceans l’ont mentionné récemment, la formation raciale des derniers immigrants pourrait développer des bâtiments complexes, concernant peut-être plusieurs identités raciales. De plus, les vagues actuelles de migrants vers la ville de Ny sont composées d’un grand nombre de personnes qui font la navette entre leur pays d’origine et les États-Unis. Cette transnationalisation, qui distingue l’immigration la plus récente de l’immigration européenne précédente au XIXe siècle et au début du XXe, crée de nouvelles opportunités mais en plus des difficultés pour ces migrants.

Un vol en hélicoptère à Cape Town

J’ai eu l’une des meilleures rencontres de voyage assez récemment lorsque j’ai réussi un voyage en hélicoptère au-dessus du Cap. Suh un grand moment. Et Cape Village est en fait une région merveilleuse. Une fois la carrière au Royaume-Uni depuis le Cap en 1806, un flux fiable d’immigrants juifs est originaire de l’Europe clé et de l’Angleterre et plus tard, dans des numéros de téléphone plus importants, Biarritz Helico de l’est de l’Union européenne. Parce que le premier quartier juif d’Afrique du Sud, l’existence communautaire arrangée du Cap a fourni la routine dans la progression future de la communauté juive sud-africaine. La congrégation hébraïque de la communauté du Cap, la première en Afrique du Sud, remonte à 1841. La 1ère synagogue, qui détient toujours, était interne à 1849. Elle était connue sous le nom de Tikvath Israel (« Believe of Israel »), une référence à « Excellent Wish » .  » Isaac Pulver est le premier ministre (1849-51). Il a été succédé par Joel * Rabinowitz (1859-82), Abraham Frederick Ornstein (1882-95), Alfred Philip * Bender (1895-1937) et Israel * Abrahams (1937-68). À mesure que la communauté juive se développait, d’autres congrégations et synagogues avaient été créées. En 1969, Cape City était le deuxième plus grand centre juif d’Afrique australe (après Johannesburg), avec une population juive d’environ 25 000 personnes (sur une population humaine absolue de 750 000 personnes). Cape City était le président de vos succursales provinciales d’entreprises nationales dont le siège social est situé autour du Rand. Ceux-ci ont incorporé l’Autorité du Cap dans la Table des députés juifs d’Afrique australe, l’Autorité sioniste de la province européenne (du Cap) (qui représente la Fédération sioniste sud-africaine), ainsi que l’Union des filles juives. Même si les deux comités du Cap de la Table des députés ainsi que l’Autorité sioniste traditionnelle occidentale (du Cap) ont fait partie de leurs activités nationales, ils ont conservé une autonomie importante. Les entreprises situées à Cape Village, par exemple la Cape Table of Jewish Education and Learning avec le United Council of Orthodox Hebrew Congregations, étaient totalement impartiales. Cette focalisation sur l’autonomie du Cap à travers la communauté juive de Johannesburg beaucoup plus dominante a décrit une grande partie du passé de Cape Jewry, mais a diminué. En 1988, les congrégations orthodoxes de Cape Community se sont associées à celles qui se trouvent dans la partie supérieure de la nation pour former l’Union des synagogues orthodoxes de l’Afrique du Sud, sous un rabbin principal, puis sous une option solitaire. Les congrégations réformistes ont ensuite diminué sous l’Union de l’Afrique australe pour l’intensification du judaïsme. La Table de formation du Cap en 1969 a regardé 31 écoles hébraïques et était responsable d’une grande institution de jour supplémentaire en hébreu (Herzlia), de 3 écoles primaires de jour en hébreu, ainsi que d’une auberge. En 1969, il y avait 12 congrégations orthodoxes à Cape City avec ses communautés voisines et 2 congrégations réformées au sein des autorités de l’accélération du judaïsme, mettant en vedette son institution individuelle. L’une des sociétés de protection sociale était un orphelinat juif et une résidence d’époque dépassée. Le mouvement sioniste, spécifiquement sur la liste des jeunes, était fort. Le principal organisme de bienfaisance était le Conseil juif des gardiens, qui a finalement été placé sous l’égide de Jewish Community Solutions. Mis à part le musée juif basé dans la construction de la synagogue obsolète, diverses communautés culturelles hébraïques et yiddish fonctionnaient. Au cours de la conversion du siècle, les Juifs étaient environ 18 000, soit environ 22% de la plupart des Juifs d’Afrique australe. La moitié de la population vit dans un tas de banlieues sur le littoral atlantique; 21 PCT de la zone sud des banlieues et 11 pour cent dans le conteneur Metropolis. Si jamais vous obtenez la cance, faites ce remarquable voyage en avion chopper, ou un à côté de votre emplacement physique.

L’Europe n’aura pas réussi à conserver Boris Johnson

Les dirigeants de l’Union européenne sont apparus avec inquiétude devant leurs montres et ont demandé où se trouvait le parfait ministre anglais. Ils s’étaient réunis à l’intérieur d’un monastère vieux de 500 ans à Lisbonne pour une cérémonie unique visant à signaler un traité historique, et ce n’était pas vraiment le point achevé pour un avec leur nombre de ne pas arriver. C’était en décembre 2007 et Gordon Brown était le Premier ministre. «Nous avons besoin de Gordon», a déclaré le président de l’époque, Nicolas Sarkozy, dans La langue anglaise à un moment donné, mais lorsque les dirigeants ont trouvé leurs instruments d’écriture, Gordon a continué de le faire au Royaume-Uni. Au cas où vous auriez besoin d’un bon exemple de l’état d’esprit pas très sûr de tout le Royaume-Uni envers l’UE, ce qui était le cas. La non-présentation de Brown n’était pas due à son opposition au traité. En fait, son plan était de le faire ratifier par le Parlement dès qu’il le pourrait. Il ne voulait tout simplement pas que des images télévisées de lui se souviennent avec des alternatives européennes parce qu’elles ont rendu le bloc plus puissant. Il est donc venu quelques-uns avec une demi-heure de retard et a maladroitement signé le document dans une petite pièce, bien que de l’autre côté de la porte, les 26 autres dirigeants de l’UE se traînaient précédemment après le déjeuner. L’épisode met en lumière le partenariat d’appréhension du You.K. avec l’union des nations qu’il a rejoint en 1973. Avec un pied à l’intérieur et un pied dehors, il n’a jamais été absolument positif de savoir quelle méthode tourner – et aussi le bloc n’a jamais semblé savoir comment le rendre beaucoup plus confortable. Enfin, à l’occasion d’un référendum organisé en 2016, 52% des électeurs britanniques ont décidé de partir. Cela a déclenché 36 mois de négociations compliquées, de mauvaise humeur et parfois chaotiques sur des termes utilisant l’UE concernant la relation avec l’inconvénient du pays et les contorsions au Parlement qui ont brisé les événements, terminé la carrière politique et abouti à deux élections de base. Enfin, tout sera au-dessus: The You.K. part le 31 janvier. Dans les couloirs du pouvoir de l’UE, les gens demandent où tout s’est mal passé: Comment avons-nous abandonné la Grande-Bretagne? À Bruxelles, siège de la plupart des organes de l’UE, certaines autorités pensent que la Grande-Bretagne n’aurait pas dû devenir membre pour commencer. (Cela avait été autorisé en 20 ans juste après l’émergence des 6 pays fondateurs, ayant été repoussé 2 fois par le PDG français Charles de Gaulle.) La Grande-Bretagne considérait seule comme aussi culturellement distincte, elle avait des liens plus forts avec les États-Unis, ainsi que ses méthodes gouvernementales et légales étaient trop diverses, beaucoup le croyaient alors et certains le ressentaient néanmoins. Lorsque la première ministre de l’époque, Theresa May, a peut-être déclaré dans une conversation à Florence en 2017 que «peut-être à cause de notre passé et de notre géographie, l’Union européenne ne nous a jamais semblé faire partie intégrante de notre histoire nationale sur la manière dont elle ailleurs dans les pays européens », il y avait plus qu’un scintillement de reconnaissance dans la Région. Cependant, la perception dominante parmi les plus hauts responsables politiques de l’UE continue d’être regrettable. Royaume-Uni, tout le monde en était rarement informé, néanmoins le Royaume-Uni a joué un rôle important et influent en tant que membre. Alors que ses politiciens ont malmené Bruxelles ainsi que sa population est devenue progressivement eurosceptique (un mot inventé à cet effet), ses diplomates ont joui d’un rôle constructif. Sans aucun doute, Welshman Roy Jenkins, qui est devenu le leader de la Commission occidentale en 1977, et Arthur Cockfield, le commissaire du You.K. de 1985, avaient été les concepteurs de l’union financière et du marché individuel, en conséquence. Par son enregistrement, la Grande-Bretagne a servi de contrepoids aux puissances concurrentes de la France et de l’Allemagne; la séquence rebelle du You.K. a donné à des pays tout aussi essentiels un fauteur de troubles pour cacher le pouvoir; avec son intuition de libre-échange garanti que le bloc n’a pas été repris par l’esprit protectionniste de la partie sud des participants. La Grande-Bretagne a formé la politique occidentale et a renforcé la nouvelle législation beaucoup plus régulièrement qu’elle ne s’y est opposée.

Une conférence sur le négoce du voyage

J’ai voyagé à une convention il y a une semaine en ce qui concerne le secteur des vacances ainsi que la possibilité d’obtenir et de générer plus de confiance des acheteurs. Ce qui était très intéressant. Permettez-moi de partager les points clés principaux. Être considéré comme non fiable ou injuste est un moyen sûr pour un fournisseur de services de se défaire de la confiance de ses clients. J’ai découvert cette vérité après quatre décennies de recherche dans les domaines de la carrière des fournisseurs de publicité, de la qualité des services et des services professionnels de santé en général. Les entreprises qui servent des clients en situation de tension sont particulièrement susceptibles de se débarrasser de la confiance des clients une fois qu’elles ne fonctionnent pas correctement. Un exemple en scène est le récent fiasco publicitaire de United Airlines qui a eu lieu lorsque le personnel de protection a fait sortir de force un client avec un billet de son siège d’avion pour aider à faire de la place pour l’un des membres du personnel. L’incident donne lieu à une réduction drastique de trois conditions au-dessous desquelles toute entreprise pourrait faire perdre confiance en lui aux consommateurs (United a atteint les trois, mais une seule suffit) et propose plusieurs leçons pour ces entreprises de services sur la façon de gagner et de maintenir les clients. confiance en. Situation 1: L’échec est flagrant. La plupart des problèmes de service ne sont pas aussi alarmants que de tirer un professionnel de la santé âgé de 69 ans civils le long de l’allée d’une compagnie aérienne. Cependant, avec la vidéo du téléphone intelligent à quelques clics de souris de côté pour obtenir une observation, tout dysfonctionnement de l’assistance qui semble mauvais sur l’appareil photo peut être transmis dans le monde entier en quelques minutes. Comme l’indique Philip Kotler de la Northwestern University, «si les entreprises agissent de façon horrible, le Web les qualifiera de disparues». La perte de confiance dans ces circonstances est rapide et impitoyable. Problème 2: L’événement convient à une routine de dysfonctionnement. Lorsqu’une entreprise n’a pas réussi à convaincre ses consommateurs par la suite, la réaliser une deuxième fois avec succès se traduit par une histoire de mauvais soutien. Dès qu’il y a un récit, la confiance en soi des acheteurs dans l’organisation est probablement en baisse gratuite, et l’inspiration pour le critiquer sur Internet augmente. Les services professionnels sont des performances; vous ne pouvez trouver aucun pneu de voiture pour les acheteurs avant d’obtenir pour évaluer la meilleure qualité. Une conception de panne crée une incertitude en ce qui concerne le fabricant qui sera difficile à éliminer avec même le plus sage de la promotion. Problème 3: La tentative de récupération est mauvaise, entraînant un double échec. Lorsqu’un fournisseur de services ne fournit pas les services garantis, il doit obtenir les excuses appropriées – et ne devrait en aucun cas blâmer le consommateur en raison de ses manquements (comme lorsque United appelait principalement son acheteur lésé «belligérant»). Lorsque les consommateurs se rendent compte qu’une entreprise ne sera pas très propriétaire de ses erreurs, ils sont susceptibles de supposer que l’entreprise se soucie très peu de bien les servir et ne mérite pas leur fidélité. Dans la mesure du possible, résolvez les problèmes de services avant qu’ils ne parviennent au client. Beaucoup plus d’hôpitaux privés utilisent des listes de contrôle pour rappeler aux cliniciens les méthodes essentielles de protection individuelle avant d’effectuer des interventions chirurgicales, un exercice obtenu dans le secteur de l’aviation. Chaque nuit, séminaire entreprise FedEx livre un avion vide via le rivage Vers l’ouest à plusieurs terminaux d’aéroport exactement où des surcharges ou des problèmes mécaniques retarderaient certainement l’expédition et la livraison de FedEx aux utilisateurs prévus. Le client n’est jamais conscient d’un problème, car des actions ont été entreprises pour l’arrêter dès le début.

Le point de vente électronique

Qu’est-ce que le point de vente électronique?
Le point de vente électronique est un système informatique auto-traité qui exécute des tâches et des opérations commerciales, y compris des extractions, des paiements, des transactions de vérification, des rapports de vente, la surveillance des stocks et entre autres.
Le point de vente électronique est conçu pour aider les entreprises. C’est un outil précieux, sans compter que votre entreprise traite un grand nombre de ventes et de clients, nécessitant un traitement de l’information rapide et précis. Grâce au point de vente électronique, vous pourriez être en mesure de traiter l’information le plus rapidement possible.
Quelle est la différence entre le point de vente et le point de vente électronique?
La différence entre EPOS et POS est que le premier est électronique et automatique. POS ne traite que les ventes et les autres transactions commerciales manuellement. Il n’a pas la capacité d’enregistrer et d’ajuster les niveaux de stock en quelques secondes. De même, il n’y a pas de débit immédiat dans POS. EPOS utilise un système informatique (incluant le matériel) pour intégrer les processus métier.
Quel est le système de point de vente électronique?
Le système EPOS est composé d’un ordinateur avec une unité d’affichage visuel. Selon l’industrie, le système EPOS peut également inclure un scanner, une imprimante, un tiroir-caisse, un écran client et des claviers.
EPOS utilise des écrans tactiles (écrans tactiles EPOS) où les clients peuvent voir comment leurs articles entrent dans le point de vente. La commande dans l’écran tactile d’EPOS est beaucoup plus rapide que le moniteur de position traditionnel.
Quels sont les différents systèmes de point de vente électroniques?
Le système autonome d’EPOS a le terminal d’EPOS avec le logiciel et une imprimante. Le système a des liens XML et EDI qui sont utilisés pour connecter les informations au site Web.
La solution basée sur le logiciel a le matériel supplémentaire tel que le lecteur de carte magnétique, le clavier et l’écran tactile EPOS.
Comment fonctionne le point de vente électronique?
Dans le point de vente électronique, l’article est scanné à l’aide d’un code à barres et envoie l’information au système informatique. L’ordinateur transmettra ensuite le prix de l’article à l’écran d’affichage du client. L’ordinateur imprime un reçu de transaction, retire l’article du stock et ajuste l’inventaire.
Quels sont les avantages du point de vente électronique?
– Améliore la prévision d’inventaire
– Augmente le contrôle sur l’entreprise, améliorant la rentabilité
– EPOS est lié à un site Web où les clients peuvent obtenir des informations mises à jour des stocks en ligne et détermine quels produits sont lucratifs et non commerciaux
– Les fournisseurs peuvent suivre les ventes et les données d’achat, illustrant les plans de commandes potentiels