La liberté de survivre

Permettez-nous de ne pas mâcher nos mots ici. La planète se dirige vers un chemin d’enfer, survie et le véhicule qu’elle emprunte ressemble étrangement à un panier à main. Je ne pense pas que quiconque puisse empêcher le grand accident dans un avenir proche. Je ne suis pas ici pour vous dire de faire ce qu’il faut pour que la chute n’arrive pas. Il est vraiment beaucoup trop tard pour les années à venir. Nous sommes bien engagés sur la voie de la transformation de notre pays en une sorte de tyrannie fasciste. Nous avons maintenant le gouvernement secret, la violation de nos propres droits légaux, l’abrogation de notre vie privée, la dévaluation de notre argent, le détournement de nos propres idéaux vers une idéologie coercitive. Nous commençons à recevoir le mouvement de notre armée, une pseudo-militaire par le biais du DHS, et des services para-militaires sous la forme d’eau potable sombre, sur le sol du jardin des États-Unis. Divers projets sont en cours pour piller votre épargne-retraite, vous obliger à acheter des articles sanctionnés et vous interdire d’acheter des produits non sanctionnés. Ils voudraient taxer lourdement les riches et transférer l’argent vers les personnes sans ambition. Ils veulent savoir où vous avez été, à qui vous avez déjà parlé, ce que vous pensez. Ils voudraient contrôler vos mesures, vos idées et votre vie. Le système va se désagréger rapidement. Espérons qu’il soit complet une quantité adéquate d’une chute les contrôleurs secrets n’ont pas les moyens d’exercer le contrôle d’exactement ce qu’ils souhaitent. Nous n’avons pas besoin d’un petit groupe de types qui contrôlent nos vies en utilisant les ressources qui existent actuellement. Un tel royaume de l’eau potable pourrait ne jamais finir. Les libertaires savent qu’une tyrannie est faite d’individus médiocres. Ce n’est pas vraiment la méchanceté des gens que nous devons craindre ; c’est la méchanceté que l’organisme appelé gouvernement garde pour tous ceux qui lui refuseraient le pouvoir sans limite. De même qu’un groupe d’individus adopte un comportement inhabituel pour certains de ses membres, lorsqu’il se transforme en foule, un gouvernement peut agir avec des intentions diaboliques, même si les motifs des personnes qui le composent peuvent être bien intentionnés. Tous les gouvernements vont finalement

tenter de gagner autant d’énergie que possible, et les seules méthodes pour contrer cela est de créer différentes parties de l’organisme contre les autres. C’est exactement ce que les Pères fondateurs ont cherché à faire, mais il faut aussi avoir des individus à l’intérieur de la structure qui sont très clairs sur ces concepts, et qui ne cherchent pas le pouvoir pour eux-mêmes. Au fur et à mesure qu’un gouvernement fédéral prend de l’ampleur, son appétit pour le pouvoir se développe également, et les personnes et les organisations à l’intérieur de l’organisme vont rechercher de l’énergie avec leurs propres plans. Bientôt, la population vit dans un monde rempli d’un million de conspirations, petites et grandes, parfois en désaccord les unes avec les autres, et parfois s’imbriquant parfaitement comme si elles étaient coordonnées. De cette façon, ce qui ressemble à une super conspiration du gouvernement fédéral clé se développe, sans pratiquement aucune conspiration nécessaire. Nous avons été significativement sur cette voie. Il vaudrait mieux que tout s’écroule totalement, nous laissant nous débrouiller seuls. Si nous sommes les équivalents de nos lointains ancêtres, nous allons découvrir les moyens de nous en sortir et de nous épanouir sur la planète post-américaine où nous allons nous trouver. Sur cette nouvelle planète, nous devons être un survivaliste pour vivre les deux premières semaines, ainsi qu’un libertaire pour survivre et nous faire une nouvelle vie au-delà de ces deux semaines préliminaires. Évidemment, dans les premiers temps qui suivent l’accident, nous aurons besoin de nourriture et d’eau, d’outils et d’armes, d’une protection défendable et peut-être d’une sorte d’argent optionnel comme l’or ou l’argent, ou de biens de troc. Dans les mois qui suivent l’accident, les capacités, les talents et les connaissances seront les véritables biens pour lesquels nous serons très appréciés. Comprendre comment faire pousser une récolte, utiliser les débris qui nous entourent pour créer des objets utiles, savoir où trouver des végétaux délicieux, appliquer des concepts d’ingénierie sensés à des projets de structure, d’irrigation ou autres, aura une valeur presque infinie. Devenir la personne qui possède des connaissances indispensables et une personnalité fiable peut faire de vous la chose que vos associés apprécieront plus que tout.

Diminuer le CO2 dans la construction par l’impression 3D

La publication en 3D peut aider le secteur de la construction à devenir neutre en dioxyde de carbone.

La construction conventionnelle génère 27 % du dioxyde de carbone mondial. Les méthodes alternatives telles que l’impression 3D permettent de maintenir la garantie.

Le secteur de la construction est responsable de 27 % des émissions mondiales de CO2. Comment faire pour qu’il soit plus durable ?

L’impression tridimensionnelle offre une solution potentielle, mais ne peut devenir réellement durable que si les composants et les procédures sont également écologiques.

L’amélioration de la situation nécessitera la collaboration des régulateurs et des chefs de file du secteur, qui devront s’engager activement pour s’assurer que plusieurs normes sont mises à jour concernant l’utilisation de matériaux de construction alternatifs.

La construction de nos maisons nuit à notre habitat. La construction traditionnelle est responsable de la production de 27 % du dioxyde de carbone mondial. Les méthodes alternatives, telles que l’impression tridimensionnelle, sont prometteuses, mais il reste encore beaucoup à faire avant que la construction ne soit réellement respectueuse de l’environnement.

L’édition 3D est une activité qui est actuellement durable. Le processus ne produit qu’une petite fraction des déchets de la production de construction conventionnelle, car les entrepreneurs impriment simplement exactement et uniquement ce qu’ils veulent. Il ne nécessite qu’un petit fabricant avec un minimum d’espace pour stocker les composants, et contrairement à une chaîne de création classique, l’impression 3D n’a pas besoin d’énergie pour manœuvrer les mêmes pièces d’une étape à l’autre.

Cependant, certains entrepreneurs utilisant des procédures écologiques dépendent néanmoins de matériaux conventionnels, tels que le ciment. À lui seul, le béton est responsable de 8 % des émissions de CO2 dans le monde, ce qui annule pratiquement tout impact positif sur l’environnement que peut avoir l’impression 3D.

Les avantages des méthodes de construction optionnelles comme l’édition tridimensionnelle sont évidents

Des composants durables sont disponibles aujourd’hui. Par exemple, le composite polymère est aussi solide et durable que le ciment – la pierre synthétique mise au point par Mighty Buildings pèse 30 % de moins que le béton et a une résistance à la traction et à la flexion cinq fois supérieure. Ces matériaux révolutionnaires peuvent être conservés sous forme liquide ou semi-liquide compacte dans des barils, ce qui permet de limiter l’empreinte de l’usine. Les avantages environnementaux se poursuivent lors de la publication d’un bâtiment, car le composite polymère est vraiment un isolant exceptionnel par rapport aux composants traditionnels, ce qui minimise les émissions de la maison tout au long de sa durée de vie, au fur et à mesure qu’elle est habitée et utilisée.

Malgré les avantages des techniques de construction optionnelles utilisant des matériaux durables, leur utilisation répandue nécessite néanmoins le soutien des régulateurs, des clients et des entrepreneurs eux-mêmes.

L’augmentation des dépenses immobilières faisant régulièrement la une des journaux, les prix sont un frein à la demande des consommateurs pour des options de construction plus écologiques. S’il est vrai que les logements de nouvelle génération coûtent actuellement plus cher que les constructions traditionnelles, à mesure que le niveau augmente et que la construction publiée en 3D continue à devenir un peu plus efficace, les coûts diminueront, ce qui permettra de réaliser une économie de niveau. En outre, les clients prêts à créer un investissement durable dans l’achat de leur maison bénéficieront d’avantages durables en termes de coûts, car les maisons écologiques ont une valeur d’actif plus élevée, réduisent les coûts énergétiques à long terme et sont donc plus résistantes face aux conditions météorologiques extrêmes et aux catastrophes.

Les clients adoptant de plus en plus la construction durable, les entrepreneurs devraient et vont probablement rendre les maisons imprimées en trois dimensions plus largement disponibles. Mais c’est vraiment difficile – il faudrait que de nombreux acteurs du marché représentant divers groupes soient régulièrement impliqués dans l’évolution du secteur. Pour les entreprises de construction actuelles dont les modèles d’entreprise sont fortement ancrés, la transition vers une conception écologique pourrait prendre des décennies, mais honnêtement, elles n’ont pas beaucoup de temps. La production de ciment est le troisième plus grand générateur d’émissions de CO2, plus que tout autre pays à l’exception de la Chine et des États-Unis. L’exploration pour le béton est incroyablement dommageable pour l’environnement, et l’acquisition du sable fin indispensable à la production de ciment et de béton peut également être dangereuse et de plus en plus difficile, la demande étant supérieure à l’offre.

La décarbonisation du processus est très difficile, car les procédés chimiques utilisés pour créer le béton de ciment lancent du CO2. Plutôt que de réadapter des technologies vieilles de plusieurs siècles pour qu’elles soient durables, il est temps d’adopter des options durables et d’explorer d’autres matériaux révolutionnaires. Les entreprises de construction conventionnelles devraient prendre la tête du secteur et utiliser leurs capacités commerciales pour mettre sur le marché des composants et des processus durables, dans l’intérêt de tous.

Les règles seraient l’autre obstacle important à la croissance des alternatives de construction durable. Comme c’est souvent le cas avec les progrès, la technologie évolue plus rapidement que les réglementations ne peuvent le faire, et il existe de nombreux niveaux dans le secteur hautement réglementé de la construction, tels que les règles de construction locales, les autorisations, les inspections et les dispositions contractuelles. Les progrès nécessiteront une coopération entre les régulateurs et les leaders du secteur, prix de construction d’un local commercial qui devront s’engager activement pour s’assurer que de nombreuses spécifications sont à jour concernant l’utilisation de matériaux de construction optionnels créés à l’aide de l’impression tridimensionnelle ou de tout autre moyen. L’expertise technologique des startups peut être mieux préparée à affecter le modèle commercial conservateur et pourrait s’avérer être un facteur de motivation du développement durable.

La toute nouvelle ère des constructeurs de maisons durables possède les outils nécessaires pour créer un secteur de la construction respectueux de l’environnement. Néanmoins, pour accélérer le passage à l’immobilier écologique, ils doivent collaborer avec les régulateurs et les programmateurs. En fin de compte, la réalisation d’une construction sans émission de carbone devrait dépendre des besoins des clients et de la volonté des grands constructeurs d’adopter des solutions respectueuses de l’environnement et d’ouvrir la voie à une mise en œuvre généralisée.

Intérêts personnels et généraux

En matière d’économie, de manière générale, j’approuve le plus souvent un fervent défenseur du libre marché. Cependant, je ne le défends pas systématiquement. Dernièrement, par exemple, ma direction m’a envoyé à un meeting à Nantes au cours duquel j’en suis venu à devoir en exposer les limites. Car le libre marché dévoile selon moi ses limites dès lors qu’on s’intéresse à la question de l’environnement. Pour ceux qui ne connaissent pas ce concept, le mieux est de prendre ici un exemple. Lorsqu’une industrie polluante tient ses comptes, il s’intéresse à ses propres rendements et montants. Chaque pêcheur néglige toutefois d’estimer les frais qu’elle cause aux autres : les conséquences de la surexploitation des ressources, en particulier. Un problème non négligeable, car le coût matériel pour l’ensemble de la communauté est de fait plus important que les coûts supportés par chaque industriel. Lorsque chaque pêcheur se limite à sa propre pêche, il délaisse le coût réel pour l’ensemble de la population. De fait, la pollution surpasse le degré socialement admissible, parce que les entreprises respectent leurs propres intérêts, même s’ils foulent au pied ceux de la société. En définitive, la somme de tous les choix individuels des producteurs et des consommateurs n’aboutit pas à un résultat socialement idéal. C’est vraiment là un exemple criant où le libre marché trouve sa limite. Seule une intervention publique est souhaitable. Parce que livrés à eux-mêmes, des producteurs, des clients, voire des pays tout entiers, ne se soucient pas des portées de leurs activités sur le monde. Chaque industriel doit donccoûte que coûte sensibilisé aux coûts réels. Au passage, je souhaiterais dire un mot sur ce séminaire à Londres. La direction a fait le pari de faire appel à une nouvelle agence pour organiser celui-ci, et je dois dire que l’organisation était au top. Voilà le site de l’agence, si vous projetez d’organiser un événement.

Quand la technologie stimule l’emploi

Les industries suppriment-elles ou créent-elles des emplois lorsqu’elles adoptent de nouvelles technologies économes en main-d’œuvre ? Cette chronique montre que l’emploi manufacturier a augmenté en même temps que la productivité pendant un siècle ou plus, et n’a diminué que plus tard. Elle soutient que la nature changeante de la demande est à l’origine de ce schéma, qui a conduit à la saturation du marché. Cela implique que le principal impact de l’automatisation dans un avenir proche pourrait être une réaffectation majeure des emplois, et pas nécessairement des pertes d’emplois massives.
On craint aujourd’hui que de nombreux emplois ne soient perdus à cause des nouvelles technologies informatiques, car de plus en plus de tâches humaines peuvent être effectuées par des machines. Une foule d’articles récents estiment que ces technologies font courir le risque d’une automatisation de 9 à 47 % des emplois dans un avenir proche (par exemple, Arntz et al. 2017, Frey et Osborne 2017). Certains craignent que cette expansion de l’éventail des tâches automatisables ne conduise à un chômage de masse et ne nécessite de nouvelles politiques telles qu’un revenu de base universel (Ford 2015).
Mais ces craintes sont déplacées. L’histoire montre que l’automatisation peut conduire et conduit souvent à une croissance de l’emploi dans les industries concernées. Lorsque de grandes industries s’automatisent, leur emploi augmente souvent au lieu de diminuer (voir figure 1). Aux États-Unis, les emplois dans les industries du textile en coton et de l’acier primaire ont connu une croissance rapide parallèlement à l’automatisation rapide pendant un siècle ou plus. Ce n’est que plus tard que l’on a observé de fortes pertes d’emplois liées à l’automatisation continue.
Figure 1 Emploi de production dans trois industries
Il est clair que l’automatisation dans le passé n’a pas nécessairement conduit à un chômage de masse. Mais ces exemples historiques sont-ils pertinents pour les technologies d’aujourd’hui ? La question clé est de savoir pourquoi l’automatisation s’est parfois accompagnée d’une croissance de l’emploi et parfois non. Dans Bessen (à paraître), je montre que la réponse changeante de l’emploi provenait d’une élasticité changeante de la demande. Aujourd’hui, différentes industries sont susceptibles d’avoir différentes élasticités de la demande et donc différentes réponses de l’emploi à l’automatisation. Ainsi, si l’automatisation peut éliminer des emplois dans certaines industries, elle en crée dans d’autres. Mais ce ne sont pas que des bonnes nouvelles. Elle signifie que de nombreux travailleurs doivent s’adapter à de nouvelles industries, compétences et professions. Le véritable défi politique posé par les nouvelles technologies permettant d’économiser de la main-d’œuvre n’est pas le chômage de masse, mais plutôt d’aider les travailleurs à effectuer ces transitions.
L’énigme de l’automatisation et de la croissance de l’emploi
Pourquoi l’automatisation est-elle associée à une croissance de l’emploi dans certaines industries à certains moments, mais à un déclin de l’emploi dans d’autres industries à d’autres moments ? Les économistes ont eu tendance à se concentrer sur le taux de croissance de la productivité pour comprendre l’impact de la technologie sur les emplois. Toutefois, ces explications semblent incomplètes. Par exemple, Baumol (1967) a soutenu que la croissance plus rapide de la productivité dans le secteur manufacturier par rapport aux autres secteurs a entraîné une baisse de la part de l’emploi dans le secteur manufacturier. Pourtant, l’emploi dans le secteur manufacturier a augmenté au cours du 19e siècle alors que la productivité de ce secteur a augmenté plus rapidement que celle des autres secteurs, y compris l’agriculture. De même, Acemoglu et Restrepo (2018) affirment que la demande de main-d’œuvre augmente lorsque la croissance de la productivité est rapide, mais qu’elle diminue lorsque la croissance de la productivité est faible. Pourtant, les industries du textile et de l’acier ont connu des taux de croissance de la productivité similaires à la fois lorsque l’emploi était en hausse au cours du XIXe siècle et également lorsque l’emploi était en baisse à la fin du XXe siècle.
Un facteur explicatif clé est la nature changeante de la demande. L’automatisation peut, bien sûr, augmenter la demande. Dans un marché concurrentiel, la réduction de la quantité de main-d’œuvre nécessaire pour produire une unité de production fera baisser le prix. Si la demande est suffisamment élastique, elle augmentera assez rapidement pour que l’emploi augmente même si la quantité de travail par unité diminue. C’est précisément ce qui s’est passé pendant les premières années des industries américaines du textile en coton, de l’acier et de l’automobile.
Nous pouvons comprendre ce cycle de vie de l’industrie comme une question de satiété de la demande. Au début du 19e siècle, l’adulte moyen ne possédait qu’un seul ensemble de vêtements. Le tissu était cher, et une grande partie était fabriquée à la maison, à la ferme, selon un processus qui prenait beaucoup de temps. L’automatisation a entraîné des baisses de prix qui ont exploité une importante demande refoulée. Les gens ont rapidement demandé de plus grandes quantités de tissu pour des vêtements supplémentaires. Mais au milieu du 20e siècle, la plupart des gens avaient des placards pleins et ils utilisaient les textiles pour les draperies, l’ameublement, etc. L’automatisation a continué à réduire les prix, mais ces baisses de prix ne suscitaient plus de si fortes augmentations de la demande.
L’évolution de l’élasticité de la demande explique les formes en U inversé observées dans l’emploi à la figure 1. Une demande très élastique au cours des premières années signifie que la croissance de la demande a plus que compensé l’effet d’économie de main-d’œuvre de l’automatisation, ce qui a entraîné une croissance de l’emploi. Plus tard, la demande inélastique a fait que l’effet d’économie de main-d’œuvre a dominé, et l’emploi a chuté.
Mais dans quelle mesure ce schéma de cycle de vie de l’industrie est-il général ? Pour explorer cette question, l’article présente un modèle simple pour expliquer ces changements dans la demande. S’appuyant sur la notion originale de courbe de demande de Dupuit (1844), les différentes utilisations d’une marchandise (tissu utilisé pour un premier ensemble de vêtements, tissu utilisé pour les meubles rembourrés, etc.) créent une fonction de distribution lorsqu’elles sont classées par ordre de valeur relative. À des prix élevés, les consommateurs ne choisiront que les utilisations les plus précieuses, c’est-à-dire la queue supérieure de la distribution. La demande du consommateur est représentée par la zone située dans cette queue supérieure. À mesure que les prix baissent, une plus grande partie de la distribution tombe dans la queue supérieure, ce qui correspond à une demande croissante.
Je montre que, pour les fonctions de distribution courantes (normale, lognormale, exponentielle ou uniforme), la demande donnera lieu à la configuration en U inversé de l’emploi. C’est-à-dire qu’à des prix suffisamment élevés, la demande sera élastique (supérieure à 1), et à mesure que les prix baissent, l’élasticité de la demande diminue, pour finalement devenir inélastique (inférieure à 1). En appliquant ce modèle, je constate que la fonction de distribution lognormale correspond assez bien aux données des industries du textile, de l’acier et de l’automobile. Nous pouvons également nous attendre à ce que de nombreuses industries d’aujourd’hui partagent cette propriété commune.
Implications pour la politique
L’implication est que certaines industries d’aujourd’hui – celles dont la demande non satisfaite est importante – répondront de manière élastique à l’automatisation, et sont susceptibles de voir l’emploi augmenter. En outre, cela est vrai même si les nouvelles technologies apportent l’automatisation à un rythme plus rapide. Alors que le taux de croissance de la productivité influence le rythme du changement, l’élasticité de la demande détermine le signe du changement.
Bien entendu, l’élasticité de la réponse à l’automatisation est une question empirique. Des études récentes trouvent en effet des preuves de réponses positives de l’emploi dans certaines industries avec les nouvelles technologies de l’information, l’automatisation et la robotique. Par exemple, Gaggl et Wright (2014), Mann et Püttmann (2017), et Bessen et Righi (2019) constatent que les technologies de l’information semblent augmenter l’emploi dans de nombreuses industries mais le diminuer dans d’autres. Koch et al. (2019) constatent que les entreprises adoptant des robots augmentent l’emploi, tandis que Graetz et Michaels (2018) et Dauth et al. (2017) ne trouvent aucun effet sur l’emploi. Acemoglu et Restrepo (2017), en revanche, trouvent un effet négatif.
Ces résultats disparates suggèrent que le principal impact de l’automatisation dans un avenir proche pourrait être de provoquer une réaffectation majeure des emplois, même si elle ne supprime pas de manière permanente un grand nombre d’emplois. Ce type de changement peut néanmoins être très perturbateur. Les travailleurs qui changent d’industrie ont souvent besoin de nouvelles compétences, et ils peuvent être amenés à changer de profession et parfois de lieu géographique. Ces transitions peuvent entraîner des périodes de chômage, ce qui constitue un défi majeur pour les politiques.

Le rôle des parfums dans la société

La sensation de l’odeur génère des réponses ambivalentes qui sont attestées depuis les premières traces de la tradition humaine. Prisonniers de leur olfaction, séduits par les parfums et capables de les composer, les hommes ont tendance à inverser la bestialité que l’on prête à l’usage de ce sens : le parfum a très tôt été le moyen d’honorer les divinités par l’onction des pierres votives et des sculptures. Exposés aux gaz du corps, les hommes brûlaient des aromates sur les autels, et la fumée des cigarettes s’élevant en volutes pour les dieux devenait un symbole tangible de la prière. Respirer des arômes aromatiques s’est très tôt développé comme une implication mystique au sein du sacré. La dialectique de l’odeur et du parfum se déploie tout au long de l’histoire dans un cadre spirituel ou séculaire, historique ou moderne. Le parfum est définitivement la métaphore de la pureté éthique et physique réelle, le contraire de la souillure, marquant exactement ce qui menace le corps et l’âme de corruption, de puanteur et de perte de vie. La distinction entre odeur et parfum correspond à la distance entre animalité et divinité, putrescibilité et immortalité, corruptibilité et immortalité. Le rôle sociologique du parfum, inséparable de sa fonction ontologique, pourrait être compris à partir de celui de l’odeur, son antithèse. De l’antiquité à nos jours, le parfum a été instinctivement mobilisé étant un défi au naturel, une transfiguration du sensuel, un vecteur du mystique.

La percée de Marcel Detienne dans la mythologie du parfum dans la Grèce historique a rétabli notre regard sur l’anthropogonie en y ajoutant la dialectique évoquée plus haut : lorsque Prométhée, en instituant le sacrifice, fournit aux dieux la fumée parfumée s’élevant de l’autel, et aux hommes les viandes, le département entre immortalité et mortalité n’est pas impacté par le corps, mais par la nourriture : la fumée ou l’ambroisie, substances intangibles et embaumées dédiées aux dieux, leur extraient les restrictions d’une corporéité physiologique pour leur assurer une jeunesse perpétuelle et parfumée ; la consommation de chair corruptible condamne les hommes à la viscéralité, aux odeurs terribles et à la mort. L’oblation d’arômes confirme l’immortalité divine ; par contre, les odeurs corporelles de l’être humain, seulement masquées par le parfum et garanties de régner en maîtres au-delà du sérieux, symbolisent l’impureté et la mort. La langue vérifie l’interprétation : le compromis, thuein, détermine le lien ainsi que la portée entre les dieux et les hommes, et l’encens, reconnu en Grèce vers le 6e siècle avant J.-C., peut porter le titre ainsi, (tus en latin). Rome a renforcé la vocation lustrale et desséchante de l’aromatique et lui a donné une fonction d’immortalisation : les vases de parfum dans les tombes devaient combattre la décomposition puante et l’humidité ténébreuse.

La référence plus ancienne à l’exercice égyptien de l’embaumement n’en est pas moins démonstrative. Outre l’éviscération du corps accompagnée de son aromatisation, le rituel conservé par le Livre des Morts détermine une homonymie constante entre impureté et puanteur, pureté et parfum. Osiris N dédaigne d’une même voix l’excrément et le péché ; sa rédemption équivaut à une lustration parfumée, à la conversion de l’impureté malodorante, charnelle, viscérale et morale en pureté encensée, corporelle et spirituelle. Le parfum est l’inverse de la disgrâce, l’oubli de l’ignoble lié à la puanteur, à la putréfaction et au mal. L’odeur douteuse est associée à l’humide, au pourri et au sombre, et contredit la sécheresse, l’incorruptibilité et le soleil liés aux aromates.

Tout au long de l’Antiquité, les pratiques thérapeutiques et la civilité à l’état pur, s’associent à l’usage spirituel du parfum irritant la partition sociale en raison du coût élevé des parfums. Hippocrate professe l’aromathérapie qui, transmise par Galien, se maintient en Europe jusqu’au XVIIIe siècle, et plus tard encore, notre époque la voit renaître. Les effluves balsamiques diffusés par la fumée des braseros purifient l’air en le débarrassant des miasmes, de même que le parfum respiré « recrée merveilleusement le cerveau » (Jean de Renou, 1626, offert par Georges Vigarello, 1985) ; à l’inverse, la puanteur est un signe de déchéance et de pandémie (le verbe empester, en ligne depuis 1575, désigne le trouble en plus de l’empuantissement).

De plus, l’usage croissant des aromates durant l’Antiquité a contribué à la propriété d’une civilisation élitiste et traitée. Le partage du parfum, au sein du théâtre ou chez un invité, établit une commensalité semblable à celle du vin rouge consommé de manière typique. Le parfum purifie et unit, tout comme la puanteur éloigne, et l’odeur des pauvres concerne étant un rappel de la corruption imminente du corps. Les civilisations décadentes combinent les trois usages du parfum, cultuel, médical et social ou sensuel, à l’intérieur d’une mimétique d’immortalisation dont les excès sont dénoncés de manière différente à Rome par Pline l’Ancien, Martial, Tacite ou Pétrone. Les capacités de métamorphose (les Métamorphoses d’Apulée), ainsi que de revitalisation (les contes de Leucothoe, Idotheus, Phaon, Phoenix arizona, les Fables d’Esope, etc.), attribuées au parfum, euphémisation de l’immortalité divine, confirment son effet social et mondain.

La globalisation des trafiquants d’hommes

traite des êtres humains, également connue sous le nom de traite des personnes, type d’esclavage moderne lié au transport illégal de personnes par la force ou la tromperie en ce qui concerne le travail, l’exploitation sexuelle ou des routines dont d’autres personnes profitent financièrement. La traite des êtres humains est un problème mondial qui touche les individus de tous les groupes d’âge. Il est en fait estimé qu’environ 1 000 000 de personnes sont victimes de la traite chaque année dans le monde et que parmi 20 000 et 50 000 sont victimes de la traite aux États-Unis, qui est l’un des plus grands endroits pour les victimes du trafic sexuel. Même si la traite des êtres humains est reconnue comme un phénomène mondial croissant, une description uniforme n’a pas encore été adoptée au niveau international. L’Organisation des Nations Unies (ONU) divise la traite des êtres humains en trois catégories – trafic sexuel, trafic de main-d’œuvre et prélèvement d’organes internes – et définit la traite des êtres humains comme l’induction par la force, la fraude ou la coercition d’une personne à participer à l’industrie du sexe, ou même l’hébergement, le transport ou l’acquisition de l’individu pour des services de travail ou le prélèvement d’organes. Bien que les États-Unis ne reconnaissent pas le prélèvement d’organes dans la description, ils identifient les rapports sexuels et le trafic de main-d’œuvre et expliquent le trafic d’êtres humains comme le transport intentionnel d’un individu à des fins d’exploitation. Les trafiquants d’êtres humains créent fréquemment des voies transnationales pour déplacer les migrants qui sont poussés par des conditions de vie défavorables à rechercher les services d’un passeur. La traite des êtres humains commence généralement dans les pays d’origine – en particulier l’Asie du Sud-Est, l’Europe de l’Est et l’Afrique subsaharienne – où les employeurs recherchent des migrants via différents supports tels qu’Internet, les entreprises de travail, les médias et les contacts locaux. Les intermédiaires qui recrutent au sein de la nation de fondation partagent généralement l’histoire culturelle de ces migrants. Les migrants considèrent l’expertise d’un passeur comme une chance de passer des problèmes appauvris dans leur pays d’origine à un environnement plus stable et développé. Parce que ce genre de circonstances rend difficile l’obtention de documents de voyage légitimes pour les victimes, les passeurs fournissent aux migrants de faux passeports ou visas et leur conseillent d’éviter d’être détectés par les agents de gestion des frontières. Les transporteurs, à leur tour, soutiennent la procédure de migration via différents modes de transport : immobilier, aérien et maritime. Bien que les victimes quittent souvent volontairement leur pays de destination, la plupart ne savent pas qu’elles sont recrutées pour un quelconque programme de traite. Certains peuvent être kidnappés ou contraints, mais beaucoup sont soudoyés par de faux emplois, passeports ou visas. Les transporteurs impliqués dans la traite des victimes du pays d’origine ne sont indemnisés qu’une fois qu’ils ont emmené les migrants à la fête responsable dans le pays de destination. Les documents d’immigration, qu’ils soient authentiques ou faux, sont confisqués aux trafiquants. Par la suite, les victimes sont souvent soumises à de véritables abus physiques et intimes, et plusieurs sont contraintes de travailler ou de se livrer à l’industrie des rapports sexuels pour pouvoir s’acquitter de leurs obligations financières migratoires. La cause de la traite des êtres humains provient de circonstances défavorables dans les pays d’origine, telles que la persécution religieuse, les dissensions politiques, les opportunités d’emploi insuffisantes, la pauvreté, les conflits et les catastrophes. Un autre aspect causal est la mondialisation, qui a catapulté les pays en développement sur le marché mondial, augmentant le niveau de vie juste et conduisant au développement complet de l’économie mondiale. Malheureusement, la mondialisation est une arme à double tranchant dans la mesure où elle offre un marché mondial formé pour le transport des migrants illégaux, offrant aux entreprises illégales la possibilité d’élargir leurs systèmes et de créer des voies transnationales qui facilitent le déplacement des migrants. Le Vous.S. La division de l’État ajoute que l’épidémie du sida a généré beaucoup d’orphelins et de foyers d’accueil d’enfants, en particulier en Afrique subsaharienne, une situation qui crée un terreau fertile pour le trafic et la servitude. La forme de loin la plus répandue de traite des êtres humains qui mène à la servitude est le recrutement et le transport d’individus vers le commerce mondial du sexe. L’esclavage sexuel implique des hommes et des femmes, des enfants et des adultes, et constitue environ 58 pour cent des routines de trafic. Il se compose de divers types de servitude, tels que la prostitution forcée, la pornographie, les réseaux sexuels d’enfants et les professions liées au sexe comme le groove nu et le mannequinat. La prostitution forcée est un type d’esclavage très ancien, et le recrutement dans ce mode de vie est souvent une activité florissante pour les pourvoyeurs du commerce du sexe. Les victimes d’esclavage intime ont tendance à être manipulées pour croire qu’elles sont relocalisées pour travailler dans de véritables types de travail. Les personnes qui se prostituent dans l’industrie du sexe sont soumises à des conditions inhumaines et potentiellement mortelles, notamment avec la fréquence du Sida/SIDA. De plus, certains pays, comme l’Inde, le Népal et le Ghana, ont une sorte de traite des êtres humains appelée esclavage rituel (dépendant des croyances religieuses), dans lequel les petites filles sont fournies comme esclaves intimes pour expier les péchés des membres de la famille.

La spécialisation des acteurs de la construction

En ce qui concerne l’industrie de la construction et le processus de développement de quoi que ce soit, vous trouverez des étapes et des considérations auxquelles il faut penser. Comment un projet de construction voit-il le jour ? Les projets de construction peuvent être demandés publiquement, par des organismes municipaux ou secrètement. Des projets comme les autoroutes, les pipelines et les structures domestiques ou les services comme les hôpitaux et les stades relèvent de l’un des 4 types de construction. Pour mieux comprendre les différents emplois dans le secteur de la construction, nous examinons les quatre catégories.

La construction résidentielle est définie comme le développement, le remodelage ou la réparation éventuels de l’ossature, la construction à partir de la base ou les modifications de l’ossature globale – qu’il s’agisse de l’intérieur ou de l’extérieur. La construction résidentielle fait référence aux bâtiments qui sont conçus pour « abriter » tout, des personnes aux équipements en passant par les matériaux. Généralement, les nouveaux venus dans le secteur de la construction supposent que la construction résidentielle fait uniquement référence aux maisons et aux bâtiments destinés aux personnes ; néanmoins, une construction domestique peut également s’étendre aux garages et aux hangars de stockage utilitaires. En outre, il affecte les garages et les hangars utilitaires, mais le bâtiment résidentiel continue à des domaines de la tâche spécifique. Cela peut signifier, l’installation de tout ce qui concerne l’électricité et le câblage, l’hydroélectricité, les techniques d’évacuation des eaux usées et le pavage. La construction résidentielle est vraiment une norme et un nombre fréquemment élevé de constructions.

Avez-vous une idée de ce qui tombe sous la catégorie des constructions institutionnelles et industrielles ? Cette catégorie de construction englobe les éléments suivants : les écoles, les services médicaux comme les hôpitaux, les arènes et stades d’activités sportives, les magasins de détail, les centres commerciaux et les gratte-ciel. Ce type de construction comprend tout, de la construction à l’entretien et à l’amélioration et l’ajustement éventuels et potentiels. Par exemple, un bâtiment qui existe depuis plus de 50 ans peut recevoir la commande d’un lifting, ce qui fait toujours partie de la construction institutionnelle et industrielle. Les entrepreneurs et les constructeurs qui sont chargés de ce domaine de construction le sont généralement par des entreprises privées. Occasionnellement, ils peuvent être sollicités par une entité publique générale, comme le gouvernement d’une province ou d’un État ; néanmoins, les centres commerciaux, par exemple, ont tendance à être confiés à des entrepreneurs en bâtiment par des investisseurs personnels. Les projets visant à construire des collèges, des services de santé et certaines arènes sportives sont régulièrement gérés et achetés par un mélange de gouvernement et de financement privé ou public général.

Cette industrie du bâtiment est certainement une industrie qui commence lentement à se développer. La construction commerciale spécifique est généralement extrêmement spécifique et souvent technologiquement plus complexe par rapport à la construction domestique et institutionnelle standard. Les emplois qui peuvent être considérés comme des constructions commerciales spécifiques consistent à construire des bâtiments qui incluent ou font face à des générateurs de substances chimiques, de soins de santé ou d’énergie. En plus des générateurs, mais aussi des raffineries de pétrole, des centrales nucléaires et des usines métallurgiques seront considérés comme un bâtiment commercial spécialisé. Lorsqu’il s’agit du financement et de l’exécution de ces types de projets, ces emplois sont financés par l’industrie ou le domaine qui recherche le bâtiment ou la structure, ainsi que par des entreprises et des sociétés à revenus.

La construction d’infrastructures et d’installations est le processus consistant à inclure des routes, des chemins de fer ou des tours de communication dans l’environnement d’un bâtiment actuel. Habituellement, Thibault Batiment Industriel la construction d’infrastructures et de hautes est construite et réalisée pour servir l’intérêt public et est également financée généralement par des entreprises privées et des agences gouvernementales. Les routes, les tunnels, les systèmes de transport en commun, les ponts et les viaducs, les pipelines et les techniques d’écoulement de l’eau sont des travaux qui relèvent de l’infrastructure et de la haute construction car ils servent l’intérêt général. Ce type de construction est généralement exécuté de manière saisonnière dans certaines zones métropolitaines – par exemple, l’entretien des rues ainsi que le développement se produiront pendant les semaines de printemps et après cela, l’automne sera retardé. Pendant les mois d’hiver, d’autres projets sont entrepris, puis dès que le beau temps est là, la fonction de voirie reprend.

Quel que soit le secteur dans lequel on travaille, les sections d’accès constituent un ajout flexible et économique à tout projet. Des sections d’accessibilité HVAC pour le projet institutionnel ou commercial aux panneaux classés au feu dans le secteur des infrastructures lourdes – quel que soit le secteur, l’installation d’un panneau d’accessibilité peut améliorer son projet.

Pilote de chasse: un métier « moins cool »?

Selon une étude de l’Institut californien de Cool, le rôle de pilote de chasseur, longtemps vénéré, ne sera plus aussi cool d’ici 2025. Cette évolution alarmante est le résultat de la sécurité croissante du rôle et de la suprématie de la numérisation.

Le document montre une tendance historique alarmante, l’une étant la nature du mode de vie. En 1917, de nombreux pilotes de chasse ont volé sous l’influence de la cocaïne. Ils se sont rendus dans un cockpit ouvert tirant avec deux mitraillettes, expérience pilote de chasse portant un manteau de fourrure et faisant face à un danger mortel chaque jour. en 1943, les choses étaient tout aussi passionnantes et les vestes vraiment cool. Cependant, en 2019, les pilotes de chasse passaient environ 43% de leur temps à rechercher des mises à jour de logiciels et 4% à rechercher des postes dans Google dans l’aviation civile.

Cette étude provoque des ondes de choc dans toute la communauté des pilotes de chasse, qui ont été forcées de cesser de parler en clichés et de lire des magazines de voiture assez longtemps pour lire le document de 80 pages. Nous avons parlé à un pilote de chasse, à condition que nous mentionnions son nom et la taille du Sa montre * a commenté: «Si je savais que j’utiliserais le jargon des cadres moyens, parler des nœuds, des hubs, de la connaissance de la situation et des itérations logicielles, je serais devenu pompier. Je me sens comme un gars ennuyeux qui arrive à pouvoir voyager très vite pour faire sauter des chevriers. J’ai également passé trop de temps à tuer un adolescent armé d’AK avec une arme de 200 000 dollars larguée par mon avion à réaction de 65 millions de dollars, avec le soutien d’une vaste infrastructure. Je veux dire que l’optique n’est pas très bonne, non? »Un autre pilote, qui a insisté pour que son indicatif téléphonique soit CobraSword, a déclaré que« Nous n’avons même plus le droit de faire sauter la merde, nous administrons des effets cinétiques. Je n’ai même pas d’avion, j’ai une plate-forme ISR. Si nous ne sommes plus considérés comme cool, ils devront commencer à nous payer correctement. Si je ne peux pas tirer une fille dans un pub de Cardiff du fond de mon travail, alors à quoi ça sert?  »

 

Le plan de sauvetage de Really Really Yucky Airlines

Je me suis retenu de dire beaucoup de choses sur les plans de sauvetage de 2020 parce qu’ils sont encore plus puants que ceux de 2008, mais les gens qui les assemblent et les reçoivent ne se soucient pas de ce que vous pensez. Si l’administration Trump pouvait arrêter deux ans de Russie, la presse braillant tous les jours et toutes sortes de gens effrayés de l’État mettant en garde contre le danger de nos précieuses élections sur les fluides corporels, ils n’ont rien à craindre lorsqu’ils remettent des cargaisons d’argent liquide à des récipiendaires amicaux ou du moins amicaux désespérés.
Les compagnies aériennes sont un lot particulièrement antipathique des reines de bien-être des entreprises. Comme la plupart d’entre vous le savent, les plus grands transporteurs américains ont dépensé 96% de leur flux de trésorerie disponible pour des rachats d’actions, bien au-dessus de la moyenne de 50% pour le S&P 500. Cette factoïde Bloomberg n’inclut pas si les compagnies aériennes ont emprunté pour effectuer ces achats, ce qui était courante dans l’après-crise.
Il est déjà assez regrettable que les compagnies aériennes se soient entièrement mises à soutenir les cours des actions afin de rémunérer les dirigeants de l’oie. C’est encore pire parce que les compagnies aériennes sont une entreprise cyclique à coût fixe élevé. Plus que n’importe quelle entreprise, ils devraient garder de l’argent liquide un jour de pluie et ils ne l’ont pas fait.
Maintenant, certes, les compagnies aériennes sont moins laides que les banques, car elles ne se sont pas livrées à une incompétence à grande échelle (comme régulièrement tous ensemble en faisant des prêts stupides et en agissant comme si elles ne devraient pas être blâmées parce que presque toutes les autres banques l’ont fait aussi), fraude à l’emprunteur (comme orienter les personnes de couleur vers les prêts à risque ou changer la documentation hypothécaire à la clôture), la fraude des investisseurs (mentir sur la qualité des prêts) et d’autres formes de chicane (mauvais service généralisé). Cependant, ils produisent beaucoup d’émissions de gaz à effet de serre et les avions électriques sont loin. Une petite compagnie aérienne ne serait donc pas une mauvaise chose.
Néanmoins, si les fédéraux veulent sauver des hommes d’affaires téméraires, ils devraient mettre leurs bottes sur le cou des mécréants, en particulier pour s’assurer qu’ils accumulent de grosses caisses afin de ne pas refaire de sitôt.
Au lieu de cela, ce que les compagnies aériennes obtiennent, c’est que les conditions de renflouement sont si minimes qu’elles sont un exercice trop évident en optique. Par exemple, une partie de l’argent est sous forme de prêts bon marché et d’autres sous forme de subventions qui seront pardonnées si les transporteurs volent à droite. Les transporteurs se plaignent que ce ne sont pas toutes les subventions. En fait, elles ont raison car, en tant qu’entreprises disposant d’un effet de levier opérationnel élevé, l’augmentation de la dette n’est pas une bonne idée (même si le taux d’intérêt est bas, le principal doit être remboursé ou refinancé). Plus de subventions et des conditions beaucoup plus strictes auraient été un meilleur mélange. Au lieu de cela, nous obtenons:
Une interdiction de licencier des travailleurs ou de réduire les salaires avant le 30 septembre (le Financial Times rapporte que les compagnies aériennes recevront un paiement égal aux trois quarts environ de sa masse salariale pour les deuxième et troisième trimestres de 2019 »). Inutile de dire que c’est pathétique
Interdiction des rachats d’actions avant septembre 2021
Restrictions sur la rémunération des dirigeants jusqu’en mars 2022
Les accords ont été conclus individuellement, mais selon le Wall Street Journal:
Vendredi, M. Mnuchin a déclaré aux plus grands transporteurs que 30% de l’aide devrait être remboursée et que les compagnies aériennes devraient offrir des bons de souscription d’actions sur une partie de ces fonds.
La description du Financial Times n’est pas clairement formulée, mais si je comprends bien, dans le cas de Delta, le Trésor recevrait jusqu’à 5% de bons de souscription. C’est un changement stupide.
Inutile de dire que le strict minimum d’une entente raisonnable comprendrait au moins 40% des sièges du conseil d’administration, une exigence beaucoup plus forte et explicite de constituer des réserves de liquidités et des droits de veto sur de nombreuses questions. On voudrait une prise de participation maintenant, mais c’est juridiquement problématique, et le besoin de vitesse en fait un non-démarreur. Et il ne s’agit pas pour le gouvernement de tuer autant que de s’assurer que les compagnies aériennes agissent davantage comme des services publics et moins comme des voleurs jusqu’à ce que leurs bilans soient triés. Cela pourrait prendre un certain temps étant donné que les dommages à l’économie signifient qu’il faudra longtemps, voire jamais, avant que les gens volent autant qu’ils ne l’ont fait avant la pandémie.
Donc, dans un monde moins dysfonctionnel, vous voudriez beaucoup de contrôles et d’accès à des informations financières et opérationnelles internes, au lieu de vous soucier beaucoup des avantages financiers du gouvernement.
Mais dans un plan de sauvetage moins capitalistique, un autre problème est de savoir qui seraient les gardiens. Rappelez-vous AIG? Le gouvernement a nommé trois administrateurs. Rien ne prouve qu’ils aient fait autre chose que de percevoir des frais et conférer une apparence de légitimité.
Les membres du conseil d’administration sont formés pour ne pas basculer le bateau afin d’obtenir encore plus de sièges. En conséquence, les membres chevronnés du conseil d’administration sont, à quelques exceptions près, constitutionnellement impropres à jouer un véritable rôle de surveillance. Le manque de types indépendants, vigilants mais compétents pour se lancer en parachute dans un rôle de supervision de sauvetage est un gros problème même si l’on suppose généreusement une administration qui a pour religion de ne pas céder aux entreprises américaines.
Un dernier problème est que certaines de ces compagnies aériennes ne réussiront pas même avec un sauvetage. Je vous en prie, comment survit Jet Blue? C’est une compagnie aérienne à petit budget destinée aux touristes. Même les Américains de la classe moyenne qui parviennent à conserver leur emploi et quelque chose qui ressemble à leurs chèques de paie pré-coronacris vont être tellement traumatisés que beaucoup d’entre eux se pencheront et épargneront plus, ce qui signifie entre autres voyager moins.
Donc, à moins que nous ne recevions un traitement contre les coronavirus sous peu, nous allons faire face à une lente récupération, même si nous ne voyons pas d’augmentation des infections peu de temps après la fermeture des blocages ou l’année prochaine. Il est difficile de voir comment les compagnies aériennes ne seront pas de retour pour plus de pâte.

Quel futur pour une Europe politique

La façon dont l’UE répondra à l’administration Trump serait la marque des méthodes qu’elle considère comme sa part dans le monde et à quel point elle réussira à promouvoir sa vision du monde. La collaboration entre les États-Unis et l’Europe est un point d’ancrage de l’achat économique, politique et de protection du monde depuis plus de sept ans, mais nous ne devons pas la prendre pour acquise. La connexion transatlantique est confrontée à de nombreux risques. Néanmoins, les enjeux qui rapprochent les deux parties ont finalement un bien meilleur poids que ceux qui pourraient les séparer. Les États-Unis comme l’UE ont des perceptions et des passions particulièrement diverses, dont le menu exige une diplomatie nuancée. Bien que les deux parties apportent des suggestions et des expériences différentes au bureau, plusieurs domaines de collaboration réelle et possible pourraient être reconnus. L’achat mondial dépendant des règles bénéficie à la fois aux États-Unis et à l’UE, et il nécessite rapidement leur aide collaborative. Les États-Unis et l’UE restent les leaders de l’économie mondiale. La façon dont ils abordent les problèmes de commerce international et d’achat a un impact non seulement sur leur propre lien financier, mais aussi sur l’économie mondiale. Le mélange de l’administration Trump d’un message plus protectionniste, d’une volonté de s’éloigner de la position de l’administration précédente sur les négociations multilatérales, ainsi que d’une approche difficile du recouvrement des différends industriels crée davantage de doutes que l’avenir du climat économique transatlantique. Cependant, il existe des possibilités de coopération transatlantique dans des domaines tels que les solutions, le climat économique numérique et la gestion collective des méthodes industrielles injustes d’autres pays. Les États-Unis et l’UE ont des méthodes différentes en matière de confidentialité, de protection des données et de technologie. Alors que les États-Unis privilégient une stratégie plus sectorielle qui repose sur une combinaison de lois, de réglementations et de réglementations personnelles, l’UE a tendance à dépendre davantage de la législation. Cela complique la relation. Néanmoins, les deux parties discutent de l’objectif de permettre la circulation des informations entre les pays européens et les États-Unis tout en garantissant un degré élevé de protection de la vie privée et des données privées de ses citoyens. Une tâche clé pour les fonctionnaires de l’UE est de toujours tenir leurs homologues américains informés de la mise en œuvre du nouveau règlement général sur la sécurité des données. Les États-Unis et l’Europe sont confrontés à la plupart des mêmes difficultés dans la lutte contre le terrorisme et d’autres crimes importants. L’administration Trump a clairement indiqué son intention de faire quelque chose de plus énergique dans ce domaine. Alors que la collaboration UE-États-Unis en matière d’application de la loi et de lutte contre le terrorisme est un élément fructueux des relations transatlantiques depuis des années, les nouvelles capacités de l’UE en font un compagnon beaucoup plus précieux pour l’application de la loi et la lutte contre le terrorisme pour vos États-Unis que par le passé. La direction de Trump s’est concentrée au niveau politique sur la promotion d’une augmentation des dépenses européennes de protection, ainsi que sur le renforcement du rôle de l’OTAN dans les efforts de lutte contre le terrorisme. Bien que le président Donald Trump ait abandonné la position selon laquelle l’OTAN est obsolète, il reste des recommandations selon lesquelles les États-Unis pourraient modérer leur engagement à défendre les partenaires de l’OTAN plus tard s’ils n’assument pas une discussion plus large sur le fardeau financier. Il n’est pas étonnant que les pionniers européens veuillent à la fois améliorer leurs contributions à la protection de l’OTAN et renforcer les capacités de protection occidentales. En se concentrant principalement sur le maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale, la politique commune de protection et de défense de l’UE correspond et soutient le mandat de l’OTAN en matière de sécurité européenne et transatlantique. La coordination du plan international UE-États-Unis sur les pays tiers et les situations régionales est un élément essentiel des efforts transatlantiques pour former l’atmosphère gouvernementale mondiale. La coordination des politiques de sanctions des États-Unis et de l’UE envers des pays tiers tels que l’Iran, la Russie, la Syrie, la Corée du Nord et, récemment, le Venezuela a joué un rôle croissant dans la politique internationale UE-États-Unis. Cependant, il existe des zones de divergences possibles, notamment autour de l’Iran et de son offre nucléaire, qui pourraient conduire à des désaccords majeurs entre l’UE et les États-Unis.